10.5.06

Pierre, Jean Louis, Claude et les autres...

PIERRE, JEAN LOUIS, CLAUDE ET LES AUTRES…

Pierre, c’est mon ami, 80 et quelques printemps, une santé parfois un peu vacillante mais un humour toujours bien affûté et parfois féroce. Jean Louis aussi, bien plus jeune, la soixantaine toutefois bien affirmée et qui se remet mal du décès de son épouse l’été dernier

J’aime la compagnie de ces deux là que tout oppose, le plus âgé avec toujours un mot pour rire à la bouche en dépit de la fatigue qui parfois lui mort les reins et l’autre, le méticuleux, le calme, autrefois cadre dans une boite de logistique.

Deux hommes si différents l’un de l’autre et avec qui je me sens bien, avec qui je n’ai pas à me remettre en question. Deux hommes, deux amis !

Bonheur quand Pierre est présent à l'accueil de l’association où parfois je mets les pieds pour occuper certains de mes moments parisiens.

Bien sûr, j'ai le droit à :

-Alors, salopard, tu te décides à venir nous revoir, c’est quand même pas trop tôt !!
Franchement, j'aurais été déçu, s'il ne m'avait pas dit ça.
Maintenant, les rites des retrouvailles vont pouvoir commencer.
On va pouvoir se diriger vers ce petit restau quand aime bien dans un coin du populeux neuvième

Là, je pourrai dire à mon Pierre que je le trouve un peu plus frais que lors de notre dernier contact. Il venait alors de se faire opérer de la vésicule quand j’avais pris de ses nouvelles à l'hôpital.

-Oui, m'a t’il dit, quand tu m'a eu au téléphone, j'avais encore un pied dans la tombe et l'autre sur une peau de banane !!

Il a toujours de ces formules à l'emporte pièce qui me font inévitablement rigoler

Et je sais que si je m’attarde un peu plus que nécessaire sur la silhouette d’une jolie fille passant à proximité, il me dira :

-Tu préférerais sauter là dessus que sur une mine, hein ?

Mais on discutera sérieusement aussi, Jean Louis qui s’intéresse aux choses du monde va m’interroger sur la situation internationale.

Comme j’ai pas mal voyagé sur notre vaste terre, je suis supposé savoir, alors, je vais faire celui qui sait car je suis sensé disposer d'informations inédites

Alors, pas question de reculer mais à l'oeil qui frise de Pierre, je sais que lui n'est pas dupe et il sait très bien qu'en fait, je n'en sais pas plus que la moyenne des français sur ce qui se trame sur notre vaste terre mais ça le fait rigoler, je le sais bien, de me voir prendre un air de conférencier pour répondre, lui, qui sait si bien à son âge que plus grand-chose n’est réellement sérieux dans cette vie sauf peut être le plaisir simple de se retrouver autour d’une table devant un verre de vin vieux et une assiette qui répand un odorant fumet.

Et c’est ainsi que se dérouleront ces retrouvailles entre grosses blagues, un soupçon de sérieux et de cette tendresse si particulière que savent monter entre eux les hommes dans certaines de leurs réunions

Claude


1 commentaire:

euqinorev a dit…

C'est l'amitié, tout simplement, la vraie, le partage de son intérieur et des silences de son coeur...

Tu es à Paris en ce moment. Je n'ose plus insister, car tu n'as pas répondu à mes questions pour savoir si tu avais envie que l'on se croise.
Après tout on n'est pas obligés, c'est sûr...