24.12.08

Madame...





Quand j'étais enfant, je m'étais fait de mythiques amis puisés dans la littérature à laquelle j'avais alors accès: Mermoz, Saint-Exupéry et son petit prince et puis d'autres bien oubliés depuis mais auxquels je me référai pour me reposer sur une figure de père qui me manquait tant et dont j'avais tellement besoin pour m'aider à me construire.
J'ai fini par élever la construction, tant bien que mal, plutôt mal que bien d'ailleurs mais quand on sait d'où je viens,, l'édifice même bancal tient du miracle...
Et puis, naturellement, comme on abandonne les échafaudages une fois l'édifice achevé, j'ai laissé là les héros de mon enfance avec pour eux seulement une vague pensée de temps à autre, un peu amusée et à peine nostalgique...

Et le temps passant, d'autres figures ont surgi vers lesquelles j'ai tourné mon attention: Claudie Haigneré par exemple!
Le nom vous dit quelque chose?

Probablement oui, ce n'est pas si lointain après tout: La conquête spatiale, les vols habités et toutes les contraintes et difficultés qui vont avec en termes d'entraînement et de préparation, un médecin bardé de diplômes, celle qu'on surnommait bac+19... Un personnage hors du commun, deux fois ministre (même si ce n'est pas là toujours une référence à laquelle je m'attache) si forte, si bien protégée des aléas de la vie, indestructible en d'autres termes du moins en apparence et voici qu'en ce jour, veille de Noël, ce personnage à part se retrouve dans la rubrique des faits divers

Tentative de suicide on dit certains, erreur de dosage de médicaments ont rétorqué d'autres. Je ne crois guère à cette dernière hypothèse car elle est médecin et doit savoir ce qu'elle fait.
Peu importe d'ailleurs mais la carapace s'est soudain désintégrée laissant une femme face à des problèmes qui n'appartiennent qu'à elle mettant soudain à nu la pâte humaine dont tous nous sommes faits, une pâte composée de tant de lignes de force mais aussi de failles dans lesquelles le malheur se plait à jouer son travail de sape en attendant patiemment le moment propice pour frapper...

Je ne connais pas Claudie Haigneré sauf au travers des images qu'on bien voulu laisser les télévisions ou les articles de presse parlant d'elle mais je me sens triste ce soir comme s'il s'agissait de quelqu'un de très proche et pour lequel on ne peux rien ou pas grand chose.
Mais proche, peut être l'est-elle comme le furent en leur temps ces personnages qui peuplèrent une adolescence bien solitaire et lui permirent souvent de ne pas totalement désespérer de l'humanité...

Claude

Aucun commentaire: