13.10.08

Travailleur errant


Je suis un SDF professionnel.

Je m'explique: Je fais des missions comme consultant dans des entreprises aussi diverses que variées.
Des entreprises situées en général dans des endroits bien improbables, de ceux dont on dit que même les corbeaux les survolent le ventre en l'air pour ne pas les voir tant ces lieux peuvent être tristes et lugubres.

Bon, je plaisante là car ce n'est pas toujours le cas bien sûr! Mais c'est vrai que ça m'a fait découvrir des lieux bien exotiques dans nos avoisinantes et si accueillantes banlieues. Le pied, c'est quand mes déplacements se situent dans Paris intra-muros mais c'est bien rare malheureusement...

Je dois dire aussi qu'au grand âge qui est le mien, c'est un peu casse-rotule et que j'ai parfois bien besoin d'un grand coup d'un quelconque reconstituant quand je réintègre mon modeste logis parisien. Vous verrez, je finirai en déambulateur avec mon ordi accroché aux montants de l'ustensile

Mais je vais vous dire ce que j'aime bien au fond, c'est le côté challenge de l'affaire. S'asseoir, prendre connaissance des dossiers à traiter et 5 minutes après, faire comme si j'étais présent dans l'entreprise depuis au moins 15 ans
Et puis savoir que Martien vient de s'engueuler avec Françoise, que le chef d'à côté est un sale con con dont il faut se méfier, que l'autre assis en face de moi, est un père la panique, que le petit dernier de Florence fait des progrès formidables en tennis mais que c'est pas terrible au point de vue maths et cette putain d'augmentation qui se fait attendre; et où qu'il le DRH qu'on lui conte quelques mots bien sentis

Tous ces éléments hétéroclites à assimiler dans un minimum de temps pour pouvoir participer sans avoir l'air trop abruti à la cantine de l'entreprise où je vais avec mes nouveaux copains et copines. Tiens, en parlant de copines, y'en a qui sont vachement mignonnes quand même. Mébon, c'est plus de mon âge ces trucs là et comme on dit dans les entreprises: On n'est pas là pour rigoler

Et tout ça pour quelques jours, parfois quelques semaines et, de plus en plus rarement, pour quelques mois

Mais j'aime bien ces rencontres, ces contacts, ces missions pour lesquels on m'appelle au dernier moment quand ce n'est pas pour me dire qu'en fait on pas vraiment besoin de mes éminents services (des effets de la crise sans doute) bien décidé à les prolonger du moins tant que ma modeste personne sera encore jugée apte à rendre quelques services de ci de là...

Claude

2 commentaires:

euqinorev a dit…

J'espère qu'un jour je pourrai écrire un billet semblable ! Sur les missions je veux dire, pas sur le déambulateur... ;)
Bisous

claude a dit…

Mais le déambulateur est purement optionnel, les plus valides peuvent toujours utiliser la trottinette... ,-))

Je te fais de gros bisous,Véro

Claude