1.7.08

Europe, c'est pas l'heure, hop!!!

Il était né en 1880 ce qui ne nous rajeunit pas, vous en conviendrez aisément. A l'age de 20 ans il est parti pour s'acquitter de sa dette envers l'état comme on disait alors, pour faire son service militaire en d'autres termes, tiré au sort selon la procédure alors en vigueur.
2 ans environ ça durait à cette époque puis à l'issue de cette période, il est revenu au village, y a pris femme et un enfant, une fille, est venu trois ans après
Il a ainsi continué d'exercer au village son métier de menuisier-charpentier
Quelques bien veilles charpentes du lieu encore en place doivent se souvenir de son ouvrage et puis l'histoire l'a rattrapé dans ses occupations professionnelles.
Été 1914: Mobilisation générale.
Il a alors 34 ans. Ce n'est donc déjà plus un tout jeune homme...
Je pense que, comme ceux qui répondaient à l'appel, il a estimé que c'était l'affaire de quelques jours, voire, au pire, de quelques semaines...
On allait leur montrer à ces Allemands ce dont on était capable
Il a eu de la chance en définitive, il est revenu entier dans ses foyers en février 1919.
Plus de quatre ans après son départ.
Il allait alors avoir 40 ans Entre temps, sa femme avait trouvé un autre homme avec lequel elle était partie travailler à Paris en laissant sa fille en pension au pays par la même occasion

Il est né en 1906. Lui aussi a du s'acquitter de sa dette envers la nation et a été appelé sous les drapeaux lors de ses vingt ans pour une durée de 24 mois puis il est revenu au pays, y a trouvé femme et s'est marié.
Avec cette petite que sa mère avait laissé en pension dans une institution religieuse et qui avait bien grandi depuis
Il est parti avec elle, à Paris d'abord puis en Normandie où tous les deux vont tenir une épicerie...
C'est là que l'histoire l'a rattrapé.
Septembre 1839.
Le deuxième conflit mondial venait de commencer...
Il venait d'avoir 34 ans. Ce n'était donc plus tout à fait un jeune homme. Il sera fait prisonnier dans le nord de la France probablement sans réaliser ce qui lui arrivait. Peut être aura t-il pensé que ce n'était qu'une question de jours ou de semaines au pire pour revenir bientôt au logis...
Il a eu de la chance en définitive puisqu'il est revenu entier en mai 1945.
Plus de cinq ans après son départ.
Il allait avoir 40 ans, pas un vieillard certes mais loin maintenant d'être un jeune homme.
Entre temps, sa femme avait fait la connaissance d'un autre homme dont elle était tombée enceinte mais ainsi va la vie n'est ce pas?

Deux destins minuscules, deux destins quasiment identiques et dont l'intérêt est de souligner le sort réservé à tant de jeunes gens de ces époques pas si reculées après tout qui, probablement, n'aspiraient avant tout autre chose qu'à construire tranquillement leur vie à l'abri de leur clocher
Mais la folie meurtrière des hommes en avait décidé autrement et ils s'en furent, accompagnés de centaines de milliers d'autres, à la rencontre de ceux qu'on appelait alors des ennemis héréditaires
Et bien chanceux ceux qui en revinrent sains et saufs, du moins en apparence...

Or, il ne vous a pas échappé que depuis quelques 60 ans, cette malédiction n'est pas réapparue du moins sur ces champs, collines et vallons de l'Europe qui semblaient être faits pour s'abreuver périodiquement du sang de jeunes hommes à peine sortis de l'enfance
Bien sûr, le monde n'est pas devenu moins dangereux, moins imprévisible, moins cruel qu'avant mais au moins ces ignobles tueries entre peuples européens ont disparu et selon toutes probabilités ne sont pas prêtes à réapparaître mais, rassurez vous, les hommes sont tellement cons que bien d'autres peuples sont prêts à prendre la relève...

Pourquoi donc en viens-je à aborder ces problèmes me direz vous?
Bon, enfin même si vous me ne le demandez pas, je vous le dirai quand même
J'en reviens donc au récent référendum sur l'Europe rejeté par une majorité d'irlandais
Loin de moi l'idée de critiquer ce choix.
Vox populi, vox dei, nos ancêtres romains étaient gens de grande sagesse et nul besoin de revenir là-dessus.
Bon, d'accord, ça aurait été mieux si nos amis avaient lu le document en question pour voter en toute connaissance de cause mais à l'impossible nul n'est tenu et, sans nul doute, une classe politique totalement dénuée d'arriérés pensées bien sûr les a parfaitement renseignés sur le contenu d'icelui, mébon!!...

Ce qui m'a toutefois scandalisé et outré, ce sont ces manifestations de jeunes gens, bien alcoolisés semble t-il, fêtant leur "victoire" en hurlant des slogans débiles. Toute opinion est respectable lorsqu'elle sort des urnes bien sûr mais ces manifestations à la limite de l'obscène comme si on venait de se libérer d'une épouvantable tyrannie m'ont mis en colère.

Que je sache,l'Europe, héritière des idées généreuses de ses pères fondateurs n'a jamais pensé ériger des camps de concentration ou des goulag pas plus que d'épouvantables prisons an nom de je ne sais quelle idéologie-à-la-con comme ce siècle qui vient de se terminer a su si bien le faire pas plus qu'elle n'a voulu bâtir de murs destinés à couper des villes ou pays en deux

Alors, à tous ces braillards imbéciles, je dédie l'histoire de ces deux personnages cités plus haut qui ont payé cher la division historique de l'Europe en espérant que de telles histoires seront désormais impossibles mais qui le sait vraiment?
Je leur dédie pour que leur victoire et la joie qui en découle soient teintées d'un soupçon de tristesse et d'un sentiment de beau gâchis et d'un rendez-vous manqué..

Un dernier mot, ces deux destinées brièvement rappelées ici sont celles de mon grand père maternel que je n'ai pas connu, mort qu'il était avant ma naissance et celle de mon père biologique que j'ai à peine plus connu

Claude

1 commentaire:

bernard n. shull a dit…

hi mate, this is the canadin pharmacy you asked me about: the link