26.8.08

IMPRESSIONS




la goutte d'eau
celle qui étincelle
sur le murier lourd
de ses fruits sucrés

et puis le mouvement
des roseaux près
de l'étang qui se peint
des couleurs du ciel

et encore l'odeur
insistante de la fleur
et celle de l'herbe
fraîchement coupée

et enfin le flux et
le reflux de la vague têtue
et la grève variable
dans l'espace et le temps

et le brouillard qui monte
au dessus des champs
débarrassés de leurs moissons
et ton visage
que je ne vois plus
que je distingue plus
dans le fouillis inextricable
de mes souvenirs inutiles

Et je ne sais pas
passer en mode off-line
pour enfin me couper
des illusions
des temps passés

Claude

5 commentaires:

Euqinorev a dit…

Les souvenirs ne sont jamais inutiles, qu'ils soient bons ou mauvais ; ils sont tout ce qui fait notre existence !

Des bisous

claude a dit…

La sagesse parle par ta jolie bouche, chère Véro, pourtant un petit coup de dépoussiérage, ça devient parfois bien nécesseraire pour remettre le disque dur à niveau... ;-))

Gros bisous

Claude

Anonyme a dit…

Les gens qui perdent la mémoire, ça doit être terrible. Non seulement tu ne sais plus qui tu es, mais tu n'as plus rien à quoi te raccrocher.

Besos
Ambre

euqinorev a dit…

C'est vrai que ça ne fait pas de mal, Claude ;))

Les gens qui perdent la mémoire, Ambre, se raccrochent à des souvenirs qu'ils s'inventent (d'où la difficulté à les suivre), ou très anciens... je l'apprends au fil du temps par ma mère, atteinte d'Alzheimer.

Bisous à tous les deux

claude a dit…

T'as vu, Véro, comme je fais avancer la langue, "nécesseraire", ça a de la gueule hein!!! Je ferais quand même mieux de me souvenir de mon orthographe et d'oublier éventuellement le reste (enfin, une petite partie seulement quand même)

Pour Ambre: C'est vrai, c'est dur de se raccrocher aux branches quand on a perdu ses racines ;-))
Malheureusement, on n'est pas réellement maître de la manœuvre mais on peut trouver parfois des pépites dans la galerie "j'farfouille", alors, ça console ;-)

Je vous de grosses bises à toutes les deux

Claude