25.11.09

let's read again





Je viens de relire Raboliot de Genevoix, deux noms que les moins de 60 balais ne peuvent pas connaître. Mébon ! J’ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans ce roman âpre et dur au goût de vin de Touraine. Un plongée aux enfers d’un braconnier de la vieille époque dans un pays que j’ai parcouru moi-même à la fin des années 50 et qui a maintenant disparu emportant pour toujours ces paysages décrits par Genevoix dans une langue riche et colorée, elle aussi en voie de disparition et j’ai retrouvé en feuilletant doucement les pages de cet ouvrage perdu au fond d’un placard une vague odeur de champignons et de feuilles mouillées.
Rien à voir bien sûr avec le Kindle de chez Amazon dont je viens de faire l’acquisition que je trouve bien sympa bien sûr mais qui ne remplacera jamais le touché de ces pages qui lentement s’égrènent au rythme des pages lues mêlé au sort des héros qui pour un temps deviennent comme d’autres nous-mêmes