28.10.08

Les glands


J'aime bien cette photo.

Tu vois, on bâtit des temples de pierres ou de briques, invulnérables et insensibles au temps qui passe ou du moins le croit-on

Mais de bien silencieuses et terribles racines se sont mises à l'œuvre et voilà ce que ça donne quelque temps après

Voici donc le résultat de l'action de ces redoutables combattants de l'ombre

Ces murs orgueilleux que l'on croyait dressés pour l'éternité se fissurent et s'éboulent sous la poussée implacable de ces forces vives en action

Il en est de même pour ce corps qui est notre, ce corps que nous entretenons, nourrissons et choyons sans rien savoir des pseudopodes sournois qui déjà l'enserrent et sans bruit l'étouffent jusqu'au moment où nous ne sommes plus que glands....

Claude

27.10.08

Des voix




Des voix
et des murmures
fragiles
comme la branche
qui se fend
aux premières
gelées d'hiver

Des voix
des murmures
qui montent
à l'assaut des citadelles
du ciel

Des voix
et des murmures
comme des caresses
de la main
d'une femme
qui aime
et glisse
ses doigts
dans la chevelure
de son amant

Des voix
et des murmures
quand l'ombre s'étend
et s'en vient faire
l'amour
avec cette part
de lumière
qui avant tout
est toi
et se mélange
à la goutte de sueur
qui enferme en ses flancs
un soleil rouge surpris

Claude

23.10.08

Rêves au rabais


J'ai rêvé l'autre nuit… Rêvé que j'écrivais... Pour mon blog.... Des lignes vachement intéressantes, ça va sans dire (mais encore mieux en le disant)
Seul souci, pas moyen de me souvenir d'un mot ou expression de ce foutu rêve
Pourtant, plongé en pleine activité cérébrale débridée autant que nocturne, je me suis dit qu'il fallait que je mette soigneusement ça de côté pour qu'enfin j'en fasse bénéficier mon nombreux lectorat mis, va t'faire foutre, j'ai eu beau faire de mon mieux, essayer de raviver ma mémoire, rien à faire...
Mes si intéressantes impressions sont condamnées à errer sans fin dans l'indéfinissable éther des occasions gâchées

C'est ça qui serait bien hein! Dormir, rêver, se diriger vers le clavier de l'ordi et, tout d'un trait, donner le jour à ces idées arrachées à la nuit

Mais ça serait trop simple bien sûr et il faut, maladroitement, péniblement accoucher de mots en désordre, avancer d'un pas, encore d'un pas, d'une phrase, d'une idée et partir pour un voyage comme ceux qu'on entreprend à la poursuite de l'inaccessible étoile, d'autant plus belle qu'elle est définitivement hors de portée...

13.10.08

Travailleur errant


Je suis un SDF professionnel.

Je m'explique: Je fais des missions comme consultant dans des entreprises aussi diverses que variées.
Des entreprises situées en général dans des endroits bien improbables, de ceux dont on dit que même les corbeaux les survolent le ventre en l'air pour ne pas les voir tant ces lieux peuvent être tristes et lugubres.

Bon, je plaisante là car ce n'est pas toujours le cas bien sûr! Mais c'est vrai que ça m'a fait découvrir des lieux bien exotiques dans nos avoisinantes et si accueillantes banlieues. Le pied, c'est quand mes déplacements se situent dans Paris intra-muros mais c'est bien rare malheureusement...

Je dois dire aussi qu'au grand âge qui est le mien, c'est un peu casse-rotule et que j'ai parfois bien besoin d'un grand coup d'un quelconque reconstituant quand je réintègre mon modeste logis parisien. Vous verrez, je finirai en déambulateur avec mon ordi accroché aux montants de l'ustensile

Mais je vais vous dire ce que j'aime bien au fond, c'est le côté challenge de l'affaire. S'asseoir, prendre connaissance des dossiers à traiter et 5 minutes après, faire comme si j'étais présent dans l'entreprise depuis au moins 15 ans
Et puis savoir que Martien vient de s'engueuler avec Françoise, que le chef d'à côté est un sale con con dont il faut se méfier, que l'autre assis en face de moi, est un père la panique, que le petit dernier de Florence fait des progrès formidables en tennis mais que c'est pas terrible au point de vue maths et cette putain d'augmentation qui se fait attendre; et où qu'il le DRH qu'on lui conte quelques mots bien sentis

Tous ces éléments hétéroclites à assimiler dans un minimum de temps pour pouvoir participer sans avoir l'air trop abruti à la cantine de l'entreprise où je vais avec mes nouveaux copains et copines. Tiens, en parlant de copines, y'en a qui sont vachement mignonnes quand même. Mébon, c'est plus de mon âge ces trucs là et comme on dit dans les entreprises: On n'est pas là pour rigoler

Et tout ça pour quelques jours, parfois quelques semaines et, de plus en plus rarement, pour quelques mois

Mais j'aime bien ces rencontres, ces contacts, ces missions pour lesquels on m'appelle au dernier moment quand ce n'est pas pour me dire qu'en fait on pas vraiment besoin de mes éminents services (des effets de la crise sans doute) bien décidé à les prolonger du moins tant que ma modeste personne sera encore jugée apte à rendre quelques services de ci de là...

Claude